idle no more

Prendre part au débat social est un devoir citoyen

placeauchangementlogoE2008, le ”crash” boursier aux USA est ressenti à l’échelle planétaire. L’immaturité des grandes institutions financières et les méthodes austères des élites dirigeantes, qui cherchent à rétablir l’ordre, forcent la masse des endormis à se réveiller. S’ensuivent, les mouvements tels que Occupy, FEMEN, Anonymous, Idle No More et les grèves étudiantes, qui amplifient nos inquiétudes vis-à-vis de la mondialisation. Ces mouvements lancent enfin un débat inespéré dans les médias de masse. Les nouvelles générations d’activistes nous rappellent combien il est important pour le peuple d’assumer son devoir citoyen et de participer au débat social. Grâce aux médias sociaux, qui facilitent les communications d’une manière inespérée, les indignés de tous peuples et de toutes religions partagent maintenant leurs craintes et leurs efforts dans un élan de solidarité mondiale. Être engagé est la norme. Voter devient à la mode.

C’est dans ce contexte social que je mets en place en 2011, Placeauchangement.info. une plateforme qui a comme objectif principal de conscientiser et d’informer. Dès lors, ce projet m’offre l’opportunité d’échanger avec des gens qui partagent ma fascination pour les tromperies en politique et mon appréciation pour la survie de l’intellect. La diffusion constante sur les pages Facebook me permet de développer mes habiletés en matière de gestion des médias sociaux et de perfectionner mes capacités à titre de rédacteur bilingue. Également, à force de lire des articles, je découvre une passion pour la recherche. Plus tard, ceci contribuera au développement de l’émission web, le « Blackburn Podcast », au début de l’année 2015.

Plus récemment, la campagne électorale Fédérale 2015 du Canada m’a motivée à réaliser le montage de « Craindre L’improbable ». Cette vidéo dénonce les stratégies de peur du gouvernement Harper, qui utilise notamment la xénophobie dans l’espoir d’obtenir des votes chez les indécis.

« Les peurs – même les plus improbables – servent les intérêts des élites qui gouvernent notre monde. Le tout, au détriment de la culture, de la science, de l’environnement, de l’économie et des droits de l’homme. »

Nous sommes en temps de guerre. Certainement difficile de s’en rendre compte depuis le confort de nos demeures et en s’abreuvant des informations proposées dans les grands médias principaux. Demandez toutefois ce qu’en pensent les gens qui vivent l’apartheid Palestinien à Jérusalem. Demandez aussi aux réfugiés Syriens ou bien aux millions d’Iraqiens qui vivent cette misère imposée par ceux qui désirent maintenir un contrôle dans la région. Le Canada et ses alliés ont soif de pétrole et contribuent à la destruction dans le Proche-Orient. Nous investissons dans ces guerres qui radicalisent les désespérés. Notre belle société occidentale existe sur la misère des autres.

Imposer la peur pour offrir la sécurité. Chez nous, l’appareil Fédéral tente de filtrer l’information en coupant dans les budgets chez Radio-Canada et en musellant la communauté scientifique. On se sert de la peur, comme George W Bush l’a fait aux USA, pour nous faire craindre l’improbable et faire de nous des complices de l’intolérance. Pendant ce temps, Harper investi dans les sables bitumineux, tente de militariser le Canada, tout en nous imposant la loi C51 et l’entente TPP.

Prendre part au débat social est un devoir citoyen. L’objectif, selon moi, a toujours été de rester pacifique dans son engagement et de promouvoir l’éducation pour tous. Nous en sommes à une étape cruciale de notre civilisation humaine. Il y a maintenant une sérieuse catastrophe environnementale en cours. Cette situation ne peut plus être négligée, afin d’accommoder la cupidité de l’élite irresponsable. Je souhaite que ceux qui profitent de nos différences culturelles et de nos croyances pour créer la division, soient enfin portés en justice. La « game » de Monopoly achève.

Merci à ceux et celles qui m’ont donné leurs impressions tout au cours des étapes de la réalisation de cette vidéo. Merci également à ceux qui ont filmé cette mise en scène improbable. Visitez la page Facebook de Placeauchangement.info et abonnez vous à la page Youtube de Makechangehappen.info. Suivez le Blackburn Podcast sur twitter ainsi que sur Facebook. Comme toujours, je vous invite à jeter un coup d’oeil à mon portfolio www.ericzone.com et à visiter ma page Facebook. N’oubliez pas d’y cliquer « like ».

Advertisements

Vive le Québec … enfin!

Depuis octobre 2011, l’impact de la commission Charbonneau se fait ressentir dans la province de Québec. Malgré un départ quelque peu lent, cette commission est maintenant à l’œuvre et fait les manchettes. L’heure en est aux représailles.
Des individus, autrement protégés par les intérêts corporatifs et cette merveilleuse magouille politique, sont gentiment invités à s’expliquer. En échange, mis à part un verre d’eau et une visibilité médiatique presque instantanée, les interrogés ont le privilège de prendre le micro pour expier leurs péchés et plaider leur innocence.

Il fait bon de constater qu’au Québec, l’heure est enfin à la fermeté et à cette moralité judiciaire sans équivoque. Que vous soyez médecin colérique, simple policière à bout de patience ou le Premier Ministre qui revendique la marchandisation de l’éducation en faveur des intérêts privés, vous êtes dans la mire de l’opinion publique. La tendance est à l’indignation.

Mais pourquoi faut-il autant de temps avant de prendre action? Il aura presque fallu une décennie, 2 albums de Loco Locass et cette situation troublante sur l’île d’Anticosti avant de passer à l’action pour y demander un changement de gouvernement. Il faut vraiment être marteau pour aimer autant se faire taper dessus!
Est-ce une question de climat? Pourtant, les Islandais n’ont pas eu de difficulté à s’habiller chaudement et à se mobiliser face à la corruption des banquiers en 2008. Serait-il plutôt question de manipulation de l’opinion publique via les médias principaux? Sommes-nous, en tant que québécois, trop dociles et indifférents?

Le cirque était en ville ce printemps dernier.

Le cirque était en ville ce printemps dernier.

Heureusement, le seuil de tolérance de la population atteint finalement ses limites le printemps dernier avant que la machine Libérale installe sa version du Plan Nord. Semblable à l’éveil intellectuel de la révolution française (mais sans jacobins ni guillotine), le peuple du Québec se tâche de lire et d’apprendre. L’heure est à la mobilisation.

Tout en faisant judicieuse utilisation des nouveaux médias sociaux, le peuple s’affirme et s’affaire à se serrer les coudes dans une vague d’indignation à peine vue depuis plusieurs années. Grâce à cette solidarité, des gens bien ordinaires parviennent à contrer le monopole de l’information maintenu et justifié par l’élite au nom de ce système économique capitaliste corporatif. Croyez-le ou non, ces derniers ont tendance à se réserver le droit de diffuser et renseigner selon le besoin.

Et donc, les caméras de CUTV étaient là durant les manifestations pendant que la jeunesse se responsabilisait et prenait place sur la scène politique mondiale prématurément, suggérant une alternative au statut quo. Cette prise de position inespérée que l’on voit au cours du printemps érable aura enfin permis de réveiller la province du Québec au grand complet. Maintenant, après un soudain changement au pouvoir, l’heure en est au règlement de comptes. Tout le monde à table.

Toutefois, la question se pose. Suivant le déploiement de la commission Charbonneau et cette chasse aux coupables, aurons-nous réellement l’audace d’apporter les réformes nécessaires afin de sauvegarder notre société québécoise contre la privatisation, la collusion et le ‘’lobbying’’? La commission est-elle une indication de belles choses à venir? Notre système juridique est-il véritablement immunisé contre les défaillances du système, propices à la fraude? Dernièrement, la libération scandaleuse du cardiologue Guy Turcotte prouve à nouveau que notre système juridique n’est pas infaillible.

La bonne nouvelle est que le peuple continu sa mobilisation et cet activisme contagieux se propage et donne espoir. Pendant que le maire de St-Bruno fait appel à la force policière pour contenir et jeter à la porte de l’assemblée municipale les indignés, le maire de Gaspésie rejette carrément la compagnie Pétrolia hors de notre péninsule sous les applaudissements du peuple.

Les gens se parlent et échangent enfin des idées. On délaisse “Occupation Double” et le confort de nos salons pour regarder des vidéos de “Anonymous” et du mouvement “Occupy”. On porte des carrés et des plumes rouges. Des cinéastes amateurs se réinventent en Spielberg grâce à leurs téléphones intelligents. Des maires de grandes métropoles sont remerciés et l’escouade Marteau poursuit ses enquêtes. L’heure est au changement.

Vive le Québec… enfin!

Eric Mailhot
17 Janvier 2013